Keith Moon, batteur des Who, est mort le 7 sept 1978 d’une overdose d’héminévrine prescrite pour combattre l’alcoolisme. Une autopsie a confirmé la présence de 32 comprimés dans son organisme, dont 26 non dissous. La veille, Moon avait assisté à une fête organisée par Paul McCartney pour le lancement du film « The Buddy Holly Story ». Il a joué sur tous les albums des Who, depuis leurs débuts, My Generation en 1965, jusqu’à Who Are You en 1978, qui est sorti deux semaines avant sa mort.

Le 23 août 1968, profitant d’une fête d’anniversaire sauvage, Keith Moon a conduit sa voiture Lincoln dans une piscine de l’Holiday Inn. La fête étant devenue incontrôlable, la police est appelée pour mettre fin aux festivités. Moon, toujours désireux d’éviter les garçons en bleu, se faufile dehors et monte dans une Lincoln Continental Limousine pour tenter de s’enfuir. Malheureusement, dans son état d’ébriété, il a desserré le frein à main et a commencé à rouler vers la piscine. Moon s’est simplement assis et a attendu, alors que la voiture s’écrasait à travers la clôture autour de la piscine et dans l’eau.

Il jouait tout à fait différemment de ses pairs, transformant son kit massif en instrument principal, et sa technique frontale a été cruciale pour établir le style passionné des Who. On a dit que Keith Moon était à la batterie ce que Jimi Hendrix était à la guitare – un original complet. Le kit de Moon était le plus grand du rock, avec à un moment donné au moins 10 tom-toms, deux grosses caisses, deux timbales, une caisse claire, une demi-douzaine de cymbales et un gong.

Il est devenu un fan de musique de surf en tant qu’écolier, a pris des leçons précoces de batterie en tant qu’adolescent et a joué avec trois groupes locaux dans sa ville natale de Wembley au nord-ouest de Londres, The Escorts, Mark Twain &the Strangers, et The Beachcombers, avant de rejoindre The Who au printemps 1964. Peu après le recrutement de Keith, The Who devient géré par Kit Lambert et Chris Stamp dont l’énergie et l’ambition concentrent le groupe.

ADVERTISEMENT
ADVERTISEMENT
ADVERTISSEMENT

La batterie de Moon est remarquable tout au long du premier album du groupe, My Generation, et sur plusieurs singles des années 60, notamment « Happy Jack » (1966) et « I Can See For Miles » (1967), mais c’est sur le double album Tommy (1969) que ses talents sont le mieux exploités. Sur le célèbre opéra rock de Townshend, il devient un orchestre en soi, entraînant le groupe avec une intelligence et une sûreté de touche qui défient toute analyse. Sur Who’s Next (1971), Moon est quelque peu bridé mais son jeu sur le pont de  » Behind Blue Eyes  » et tout au long de  » Bargain  » et  » Won’t Get Fooled Again  » se classe au niveau de tout ce qu’il a pu faire.

Son héritage est exceptionnel : Keith Moon aurait nommé Led Zeppelin lorsqu’on discutait d’une première version du groupe qui aurait compté parmi ses membres lui-même, ainsi que John Entwistle à la basse, Jimmy Page à la guitare et un vocaliste indécis ; il a déclaré que le supergroupe potentiel  » descendrait comme un plomb Zeppelin « .

Lors d’une tournée avec les Who, le batteur Keith Moon s’amusait à jeter des bombes Cherry dans les toilettes. Sa pratique répétée de faire sauter les toilettes avec des explosifs lui valut d’être banni à vie de plusieurs chaînes d’hôtels dans le monde, notamment de tous les hôtels Holiday Inn, Sheraton et Hilton.

Keith est mort le 7 septembre 1978 d’une overdose accidentelle d’un médicament sur ordonnance, l’Heminevrin, prescrit pour combattre l’alcoolisme. Il est mort dans le même appartement de Curzon Place dans le Mayfair londonien (appartenant à Harry Nilsson) que celui où Mama Cass était décédé au cours de l’année 1974. La veille de sa mort, Moon avait assisté à une projection de The Buddy Holly Story lors de la semaine annuelle Buddy Holly parrainée par Paul McCartney.

Moon devait avoir un rôle dans le film Life of Brian des Monty Python et était avec les membres des Python dans les Caraïbes alors qu’ils écrivaient le scénario, mais Moon est mort avant le début du tournage. L’édition publiée du scénario de Life of Brian est dédiée au batteur des Who.

Keith Moon était surtout connu comme membre des Who, mais il était bien plus que cela, même dans le contexte de son rôle au sein du groupe. Moon, avec son côté maniaque et lunatique, et sa vie de consommation excessive d’alcool, de fêtes et d’autres indulgences, a probablement représenté le côté jeune et loufoque du rock &roll, ainsi que son côté autodestructeur, mieux que quiconque sur la planète. En ce sens, il était l’âme des Who, autant que Pete Townshend était son cerveau et Roger Daltrey son cœur ; et, avec John Entwistle, Moon était au cœur de leur son, et pas seulement pour son jeu de batterie en soi. Il jouait des peaux avec un abandon sauvage que la plupart des musiciens formés avant lui, ne connaissant pas mieux, auraient qualifié de lunatique, dans le pire sens du terme, et il vivait sa vie avec à peu près le même degré d’intensité (jusqu’à se renverser une fois avec sa propre voiture). Mais plus que le jeu de batterie lui-même, c’est la folie qu’il a apportée au mélange de personnalités des quatre membres qui a maintenu leur musique et leur jeu, sans parler de leur image, à la pointe de la jeunesse, même lorsqu’ils ont tous atteint la trentaine et essayé de devenir plus sérieux en matière de musique.

Moon jouait occasionnellement sur les disques des autres, mais il n’a terminé et sorti qu’un seul album solo de son cru, Two Sides of the Moon (bien qu’un autre ait pu être prévu en 1975). Pas pris au sérieux à l’époque, ce disque semble aujourd’hui avoir capturé l’essence de la nature de Moon. Enregistré dans une série de sessions marathon qui étaient aussi remarquables pour leurs énormes factures d’alcool que pour le temps de studio impliqué, c’est un mélange étrange et obsédant de rock &roll innocent des années 50/début 60 et de luxure lubrique et joyeuse, ainsi qu’un sens sauvage de l’esprit dirigé contre le business de la musique et joué à la fois entre et dans les chansons elles-mêmes.

Le matin du 7 septembre 1978, Keith se réveille à 7h30, et regarde « L’abominable docteur Phibes ». Annette lui a préparé un steak, et il s’est rendormi. Annette s’est couchée sur le canapé, car Keith ronflait beaucoup. A 15h40, elle s’est réveillée, et a eu peur. C’était trop calme. Elle a essayé de réveiller Keith, mais devinez quoi ? Elle a appelé le médecin, qui a ensuite appelé une ambulance. Elle a essayé de lui faire du bouche à bouche, sans réponse. L’ambulance est arrivée et a essayé de secouer son coeur, mais ça n’a pas marché non plus. Keith est mort à 32 ans.

Keith prenait de l’Heminevrin, un médicament sur ordonnance utilisé pour combattre l’alcoolisme. On lui a donné 100 comprimés à administrer à sa guise. Il a dû sentir qu’il allait faire une sacrée bringue, car il en a avalé 32.

L’enterrement a eu lieu le mercredi 13 septembre au crématorium de Golders Green, qui dispose de nouveaux fours. Eric Clapton, Charlie Watts et Bill Wyman étaient parmi les 120 personnes en deuil qui ont envahi la chapelle ouest. Des fleurs ont été envoyées par divers Beatles, Stones, Zeppelin, Fleetwood Mac, Bowie, The Moody Blues.

Est-ce que Keith a vraiment conduit cette voiture dans la piscine d’un hôtel ? Eh bien, Roger Daltrey a récemment déclaré dans une interview que l’événement a bel et bien eu lieu, insistant : « Ça a bel et bien eu lieu, nous avons reçu la facture de 50 000 dollars pour ça – il aurait pu aller en prison pendant trois ans. »

Selon l’histoire, les Who étaient en tournée et se trouvaient dans un Holiday Inn (dont ils ont été bannis par la suite) à Flint, dans le Michigan. C’était le 20e anniversaire du batteur, bien qu’il soit souvent rapporté que c’était son 21e (cela était probablement dû au fait qu’il faut avoir 21 ans pour boire en Amérique). La journée a vu une fête qui a commencé le matin et s’est poursuivie jusqu’au soir, avec plusieurs groupes, groupies, roadies et équipes de scène présents, et tous (en particulier Moon) étaient très ivres. La fête devenant de plus en plus incontrôlable, la police est appelée pour mettre fin aux festivités. Moon, toujours désireux d’éviter les garçons en bleu, se faufile dehors et monte dans une Lincoln Continental Limousine (ou une Cadillac, selon le point de vue) et tente de s’enfuir. Malheureusement, dans son état d’ébriété, il n’a pas pu contrôler correctement le véhicule et lorsqu’il a desserré le frein à main, la voiture s’est mise à reculer et à rouler vers la piscine. Moon s’est simplement assis et a attendu, alors que la voiture s’écrasait à travers la clôture autour de la piscine et dans l’eau.

Moon ne savait pas conduire et n’a jamais eu de permis de conduire.

Alors que Moon sortait de la voiture et remontait à la surface, il a été accueilli par un sergent de police tenant une arme. On aurait pu penser qu’avec un pistolet dans le visage et un estomac plein de produits chimiques pour piscine, il aurait abandonné, mais même là, Moon a essayé de s’enfuir, finissant par être rattrapé lorsqu’il a glissé, de façon quelque peu ironique, sur une partie de son propre gâteau d’anniversaire.

Nous avons un livre qui pourrait vous plaire Dear Boy : The Life Of Keith Moon Dans cette étonnante biographie, Tony Fletcher remet en question les mythes, évite les anecdotes éculées et parle de manière originale à ceux qui étaient les plus proches de Moon.

Keith Moon Dear Boy

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.