Clybourne Park

Acte I : 1959Edit

Des parents en deuil, Bev et Russ, prévoient de vendre leur maison dans le quartier de la classe moyenne blanche de Chicago, Clybourne Park. Ils reçoivent la visite de leur ecclésiastique local, Jim, ainsi que de leur voisin Karl et de sa femme enceinte et sourde, Betsy. Karl les informe que la famille qui achète leur maison est noire et supplie Russ de se retirer de l’affaire, de peur que la chute de la valeur des propriétés du quartier ne fasse fuir les voisins des Lindner et ne les isole si des résidents noirs s’installent. Il devient évident que la famille noire qui emménage est celle des Youngers, les protagonistes de A Raisin in the Sun, et que le voisin est Karl Lindner, le personnage mineur de la pièce qui a tenté de soudoyer les Youngers pour qu’ils abandonnent leur projet d’emménager dans le quartier. L’action se déroule environ une heure après le départ de Karl Lindner de la résidence des Youngers à Hamilton Park, où ils ont rejeté sa première tentative de corruption. Alors que les disputes s’enchaînent sur les problèmes potentiels de l’intégration du quartier, les deux couples font maladroitement appel à la femme de ménage noire de Russ et Bev et à son mari, Francine et Albert, pour exprimer leurs points de vue opposés. Russ finit par craquer et met tout le monde à la porte, affirmant qu’il ne se soucie plus de ses voisins après que leur communauté ait fui son fils Kenneth à son retour de la guerre de Corée, ce qui a contribué au suicide de Kenneth, survenu à l’intérieur de la maison.

Acte II : 2009Edit

Situé dans la même maison que l’acte I, les mêmes acteurs réapparaissent en jouant des personnages différents. Au cours des cinquante années écoulées, Clybourne Park est devenu un quartier entièrement noir, qui s’embourgeoise. Un couple de Blancs, Steve et Lindsey (joués par les mêmes acteurs que Karl et Betsy dans l’acte I), cherche à acheter, raser et reconstruire la maison à plus grande échelle, et est obligé de négocier les règlements locaux en matière de logement avec un couple de Noirs, Kevin et Lena (joués par les mêmes acteurs que Francine et Albert), qui représentent la commission du logement. Lena est apparentée à la famille Younger (et porte le nom de la matriarche Lena Younger), et ne veut pas que la maison soit démolie. L’avocate de Steve et Lindsey, Kathy (jouée par Bev), se révèle être la fille de Karl et de sa femme sourde, Betsy, et mentionne que sa famille a quitté le quartier à l’époque de sa naissance. Une discussion cordiale sur les codes du logement dégénère bientôt en une discussion sur les questions raciales, à l’instigation d’un Steve inquiet, qui a l’impression que le masque du « politiquement correct » permet une forme plus subtile de préjugés à leur encontre. L’alternance de dégoût et de rejet qui s’ensuit révèle les rancœurs des deux parties, et plusieurs commentaires maladroits conduisent Steve à raconter une blague raciste et homophobe qui offense à la fois Kevin et l’autre avocat, Tom (joué par Jim), qui est gay. La discussion est interrompue à plusieurs reprises par Dan (joué par Russ), un ouvrier qui a trouvé la malle militaire de Kenneth enterrée dans le jardin. Alors que des bagarres éclatent et que les deux couples se retournent l’un contre l’autre et contre eux-mêmes, Dan ouvre la malle et trouve la lettre de suicide de Kenneth.

Dans une courte coda, on voit Bev de retour en 1957, surprenant son fils réveillé tard dans la nuit, vêtu de son uniforme de l’armée. Il prétend s’habiller pour un entretien d’embauche, mais il est clair qu’il est en train d’écrire sa lettre de suicide. Le laissant s’occuper de la maison, Bev observe que « je crois vraiment que les choses sont sur le point de changer pour le mieux »

Contexte historiqueModifier

Les parents de Hansberry ont acheté une maison dans le quartier blanc connu sous le nom de Washington Park Subdivision, ce qui a donné lieu à une affaire judiciaire (Hansberry v. Lee, 311 U.S. 32 ). La maison de la famille Hansberry, un trois étages en briques rouges situé au 6140 S. Rhodes, qu’ils ont acheté en 1937, est en passe d’obtenir le statut de monument historique devant le comité de préservation des monuments historiques du conseil municipal de Chicago.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.